Vous êtes ici

Format

×

Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans i18n_book_navigation_set_breadcrumb() (ligne 212 dans /apps/aec.afdb.org/sites/all/modules/i18n_book_navigation/i18n_book_navigation.module).

La Conférence économique africaine 2014 se tiendra à Addis-Abeba, Éthiopie, du 1er au 3 novembre 2014. Cette conférence offre une opportunité unique aux chercheurs, décideurs et aux praticiens du développement, en Afrique et ailleurs, d’examiner les approches et cadres existants de création du savoir, l’efficacité des institutions du savoir et de l’innovation dans leurs efforts pour développer des capacités dans les domaines des technologies et de l’innovation. La conférence étudiera aussi les politiques, à mettre en place en matière de création du savoir et d’innovation, nécessaires pour atteindre les objectifs de transformation de l’Afrique.

Elle se déclinera en séances plénières et ateliers thématiques en petits groupes. Les séances plénières s’ouvriront sur des présentations, avant de laisser place à des débats animés par d’éminents chercheurs, décideurs, hommes d’affaires (parmi eux, des entrepreneurs spécialisés dans des technologies ainsi que des jeunes), leaders d’opinions et des représentants des organisations et/ ou partenaires de développement.

Les ateliers en petits groupes permettront d’analyser plus en profondeur les points saillants des thématiques débattues au cours de la Conférence.

Les études et analyses sur les politiques relevant du thème général de la Conférence présentent un intérêt particulier. Nous acceptons tous les travaux portant sur les sous-thématiques de nature, d’une part, à susciter le débat sur un large éventail de questions liées à l’état actuel des capacités de transformation de l’Afrique et, d’autre part, à générer des perspectives intéressantes pour améliorer l’élaboration des politiques. Il s’agit des sous-thématiques suivantes :

Création du savoir pour une transformation structurelle

  • L’impact et le rôle des institutions d’enseignement tertiaire dans la promotion de la transformation structurelle.
  • Evaluation de la contribution relative des sciences et des arts aux efforts de transformation.
  • Meilleures pratiques dans la création du savoir pour une transformation structurelle : leçons tirées des expériences africaines et d’ailleurs.
  • Financement des réformes de l’éducation.

Combler le déficit des compétences

  • Estimer l’ampleur des compétences nécessaires pour atteindre les objectifs de transformation économique et sociale (analyse selon différents secteurs économiques ou par objectif par exemple en scindant en chaînes d’approvisionnement/valeur mondiales, etc.).
  • Les meilleures pratiques en matière d’exploitation des opportunités régionales et sous-régionales de développement des compétences.
  • Les meilleures pratiques en matière d’adaptation des compétences aux besoins de l’industrie.
  • Le financement du développement des compétences.
  • La coopération entre l’industrie, les pouvoirs publics et les universités, sur le développement des compétences.

Technologies

  • Le rôle des technologies dans la réduction de la mobilité/des inégalités sociales.
  • Les meilleures pratiques dans la promotion du transfert des technologies.
  • Le financement de la modernisation technologique.
  • Les stratégies novatrices pour la promotion de la commercialisation des technologies.

Innovation

  • Identifier les principaux obstacles et lacunes en matière d’innovation en Afrique.
  • Les meilleures pratiques dans le financement de l’innovation à partir de sources publiques et privées.
  • Exploiter les opportunités régionales et sous-régionales pour promouvoir les innovations.
  • Les meilleures pratiques en faveur de l’élimination des obstacles et de l’autonomisation des jeunes.

Les communications approuvées devront présenter un travail original inédit. Les jeunes chercheurs africains, femmes et hommes, sont tout particulièrement encouragés à soumettre leurs communications. La Conférence économique africaine a notamment été conçue pour offrir aux jeunes chercheurs africains la possibilité de faire connaître leurs travaux à un public aussi large que possible, en vue d’étendre leurs réseaux. Comme le veut la tradition, un groupe d’éminents spécialistes évaluera les communications présentées et décernera un prix à l’auteur de la contribution qui sera considérée comme la meilleure contribution à la Conférence. L’article ainsi distingué sera révélé lors de la cérémonie de clôture.

Parrainage

Lors de la soumission de leur article, les auteurs sont priés d’indiquer s’ils ont besoin d’aide pour couvrir les frais (voyage, logement et indemnité journalière de subsistance) associés à leur participation à la Conférence. Un seul auteur par communication retenue bénéficiera d’un soutien. Cet appui est réservé aux présentateurs et aux jeunes chercheurs d’Afrique.

Partenaires de la CEA​